Ici Genève. Histoires de passage

Dans la pièce ICI, histoire(s) de Genève jouée du 10 au 14 décembre à la Comédie, Philippe Mascadar s’appuie sur une scénographie originale pour nous raconter ces artistes et intellectuel-les venu-es d’ailleurs qui ont marqué l’Histoire de la cité.

« Un homme arrive à Genève. Il vient de très loin. Cet homme est à la recherche de quelqu’un ou de quelque chose. Il a une question à poser, une requête à formuler, un secret à délivrer. Il est venu à Genève comme on consulte un oracle. Comme d’autres avant lui. Il frappe à la porte du bureau de l’IICI, l’Institut international pour la coopération intellectuelle. Ce bureau a été, dans les années 30, le refuge d’artistes, exilés, réfugiés, en transit, acteurs et témoins d’une Europe à feu et à sang. Un théâtre d’ombre et de lumière…

burst

… Aujourd’hui, il est tombé en ruines. En tournant les pages du grand livre de Genève, l’homme ressuscite des personnages et des histoires, dessine une improbable constellation poétique. Ludmilla et Aniouta Pitoëff, Arthur Adamov, Stefan Zweig, Robert Musil, Greta Prozor, Romain Rolland, Rosette Wolczak, Nikolaï Boukharine, John Berger, Gerhart Riegner, Anna Dostoïevskaïa, s’y sont croisés. Le bureau revit et Genève avec lui. »

Philippe Macasdar sera cet homme. Tout à la fois lui-même, comédien et personnage, il mène l’enquête, et vous invite à le suivre. Entre hier et aujourd’hui. Ici même. Genève est un puzzle éclaté, l’homme va s’employer à le recomposer. « L’homme de l’avenir est celui qui aura la mémoire la plus longue. » (Friedrich Nietzsche). Lien

rhdr

Histoires de passage

Genève est le résultat de ceux qui l’ont traversée. Ceux qu’elle a bien accueillis ceux qu’elle a mal accueillis ceux qu’elle n’a pas accueillis… Ceux qui l’ont aimée passionnément ou ceux qu’elle a refroidis. De Zweig à Lénine en passant par Borges, Pitoëff ou Mary Shelley, le metteur en scène s’appuie sur son mur de grands hommes pour nous parler de Genève. Myope, contradictoire, mystérieuse, observatrice, duale… Genève qui se porte mieux quand le monde va mal, revitalisée par les réfugiés qui la traversent ou s’y installent. Genève dans l’oeil du cyclone, à la fois en-dehors et en son coeur. Genève ville d’anarchistes où l’on vient fomenter des révolutions, ville de brume qui a inspiré des monstres. Pour vous en convaincre, il suffit de jeter un coup d’oeil au mur-décor d’ICI, histoire(s) de Genève.

La Genèse du projet

Philippe Mascadar nous raconte comment sa rencontre fortuite avec une oeuvre a orienté sa création et… sa vie.

nor

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s