Voix du FIFDH. Espoir ardent

Les Palestiniens nourrissaient l’espoir que la « Grande marche du retour » sur la frontière avec Gaza offre une visibilité à un drame qui ne connaît point de trêve. Voie muselée… Pour redonner une voix et résister à la violence de son gouvernement face à ce mouvement pacifique, Amos Gitaï a réalisé sa « Lettre à un ami de Gaza » dans laquelle des enfants israéliens assignent leurs parents d’un « Comment avez-vous pu laisser faire ça ? ». Et pour que ça s’arrête, il faut à tout prix créer de l’empathie, informer sur la situation de ce territoire interdit et mettre un visage sur ce voisin déshumanisé. En attendant les hommes, il faut à tout prix que des images circulent. Mission que remplit le « cri photographique » de Khalil Hamra avec « Pourquoi Gaza ?« , qui ouvre à des spectateurs hébétés les portes de cette insoutenable prison à ciel ouvert. Comment survivent-ils ? Comment les aider ? En commençant déjà par renverser une rhétorique dont Roger Waters nous expose le décryptage édifiant dans The Occupation of the American Mind. Mais alors si tout est construction il n’y a pas de fatalité ? Et si on connaît les armes de son voisin alors on peut mieux résister…

csm_f25eeee20a7049e9b8316acc5427c4f3_ad3ffa37dd
Pourquoi Gaza ?, exposition de Khalil Hamra

L’ICAM, Associated Press et Visa pour l’Image présentent l’œuvre du photographe palestinien Khalil Hamra : une bande de terre de 360 km2, plus de 2 millions d’habitant·es privé·es des services essentiels se débattent pour survivre au milieu des ruines. Un quotidien qui renvoie vers le monde des images de destruction et de souffrances. Face au désastre, le cri photographique lancé par un regard gazaoui nous fait partager la résilience et l’espoir malgré tout. FIFDH

csm_fbafd5b5db3c23871ae7f8ffa245a740_4ef12c6a11
The Occupation of the American Mind, de Roger Water

Alors que des sondages récents montrent une opinion publique globale se retournant nettement contre la politique d’Israël, le soutien du public américain envers le gouvernement israélien tient bon. The Occupation of the American Mind, narré par Roger Waters et dans lequel figurant d’éminent·es expert·es sur le conflit israélo-palestinien, jette un regard sur la guerre de l’information que l’Israël et ses partisans mènent aux États-Unis. FIFDH

csm_740dc783d80f333e6270fa99fb2b64dc_c6329cebfa
Un Tramway à Jérusalem. Amos Gitaï, 2018, 93′
En desservant la ville d’est en ouest, le tramway de Jérusalem traverse chaque jour des dizaines de religions et de cultures, qui se côtoient de manière éphémère. Cinéaste de l’exil et des territoires, Amos Gitaï signe une comédie douce-amère où la fine fleur des comédien·nes israélien·nes et palestinien·nes partage l’affiche avec Mathieu Amalric et Pippo Delbono. FIFDH
gaza24-500x280
Lettre à un ami de Gaza, Amos Gitaï, 2018, 34′

Nous coulons, en choisissant d’aller avec le troupeau, méchant et satisfait de son propre droit. Quel abîme faudra-t-il atteindre pour que les jeunes soient choqués des actes de leurs parents et de leurs grands-parents et cessent de les imiter, une émulation pour le pire ? Permettons-nous une minute d’optimisme et disons que la question sera posée avant qu’il soit trop tard. Lien distributeur

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s