Highlight : Black Movie 2019

Ma cité, mecque des festivals de films indépendants : GIFF, FILMAR, FIFDH… Ces dix prochains jours, c’est le Black Movie qui nous régale avec sa programmation éclectique, ses nombreuses sections, événements et autres débats. Petite sélection anglée, forcément…

55908_default_landscape
blackmovie.ch

Un maçon chinois déplaçant du sable pour agrandir le territoire de Singapour (A Land Imagined), un jeune Syrien réfugié dans un ancien aéroport allemand (Central Airport THF), des Égyptiens rêvant d’exil européen (Poisonous Roses), un vacher russe phagocyté par la ville et ses faux-semblants (Head. Two Ears), un prostitué captif de sa culture homophobe au Guatemala (José) ou encore des Africains de l’Ouest qui transforment le poisson en farine en Casamance (Poisson d’or, poisson africain), autant de parcours singuliers et courageux d’une poignée d’individus en route pour trouver des conditions de vie plus favorables. Lien Black Movie

ESPRIT DE FAMILLE

Que ce soit un ensemble de générations ou de personnes unies par un lien de parenté ou par une alliance, ou encore un ensemble d’individus ayant des caractères communs, la famille constitue le fondement de toute société. Famille d’élection formée de quatre individus brisés en quête d’ avenir dans une Chine aliénante, (An Elephant Sitting Still), famille nombreuse élevée sans tendresse dans la collectivité d’un kibboutz (Elish’s Notebooks), fratrie se démenant avec les affres d’une économie moribonde (Entre dos aguas), famille monoparentale en lutte avec les inégalités de la société nord-américaine (Life and Nothing More), père disparu au Gabon depuis vingt ans (Rencontrer mon père) ou enfin très vieux couple dans un appartement sans lumière de Beyrouth (The Swing), aucune des familles présentées dans les films de cette section n’est paisible ou harmonieuse mais elles sont ô combien cinématographiques. Familles, je vous hais !

LA QUINZAINE VUE PAR EDOUARD WAINTROP

Délégué talentueux de la très prestigieuse Quinzaine des Réalisateurs de Cannes pendant sept éditions et directeur des Cinémas du Grütli, Edouard Waintrop a contribué avec générosité et inventivité à redessiner la carte mondiale du cinéma d’auteur. Pour cette édition anniversaire il a concocté un programme composé des films qu’il a préférés parmi tous ceux qu’il a programmés. Choix éclectique comprenant un polar indien (Gangs of Wasseypur), une autobiographie imaginaire chilienne (La danza de la realidad), un trip amazonien à la Joseph Conrad (El abrazo de la serpiente), un conte animé japonais (Le conte de la princesse Kaguya), un chef-d’œuvre d’humour noir sud-coréen (Hard Day) et la reconstitution d’une traque argentine (Neruda). Que du lourd !

 

Retrouvez le programme complet sur http://blackmovie.ch/2019/index.php

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s