L’Europe de NOS Voi(es)x…

Dans quelques mois l’Europe se mobilisera pour sa grande échéance. Déjà des campagnes venues d’ailleurs se partagent la vedette avec des programmes disons plus gourmands…

Leurs Mots…

« Ca va être une véritable bataille radicale très claire entre deux visions assez polarisées d’ailleurs de ce qu’est l’avenir de l’Europe et je pense que c’est aussi au-delà de ça une véritable bataille qui est menée pour l’âme de ce qu’est l’Occident. Je crois que il y a une rupture par rapport à la vision progressiste des trente ou quarante dernières années, au multiculturalisme et que l’instant le mouvement est vraiment populiste, il est en rupture par rapport à ça. Et le mouvement populiste c’est le cri du peuple qui ne veut pas mourir. Et notre mission à nous, nous pensons être vraiment le porte-parole de l’homme de la rue. Je veux dire de l’homme ordinaire qui a été alors beaucoup de décisions ont été prises sans tenir compte de lui sans prendre en compte ses intérêts, par des élites un peu hors-sol je les connais bien j’en ai fait partie. » (…)

« Je vois et je comprends combien l’homme ordinaire a été le grand oublié et le grand méprisé de ces élites qu’on connaît très bien on les a fréquentées, on en a fait partie. Quand vous faites partie des élites vous êtes dans le monde du haut, vous êtes dans les avions, vous êtes dans les hôtels, je veux dire vous êtes dans les quartiers sécurisés, votre expérience du multiculturalisme elle est impeccable.

Mais quand vous êtes l’homme ordinaire ben vous vous coltez si je puis dire les gens nettement moins éduqués ou qui ont des visions totalement différentes et ça si vous faites partie des élites vous pouvez pas le capter. Croyez-moi vous ne pouvez pas le capter. C’est le peuple qui est en train de se réveiller et qui a dit vous avez pris des positions des attitudes des politiques contraires à mes intérêts; vous m’avez forcé à vivre avec des gens avec qui je ne voulais pas vivre, faut être très clair hein; vous m’avez mis en concurrence pour parler d’économie vous avez laisser venir faire des produits de Chine hein euh et faire en sorte que quand je vois dans les villes de France souvent y’a la petite industrie souvent qui structurait la moindre commune etc. et je vois et souvent la plupart quand on passe en France profonde elles sont abandonnées souvent et avec des commerces fermés etc. donc vous avez abandonné cette France profonde voire vous avez pris des décisions à Bruxelles qui font que tout d’un coup pour prendre un exemple le camionneur belge ou français qui fait du transport international se retrouve tout d’un coup en concurrence avec le Roumain ou le Bulgare qui travaille pour le quart du prix.

Vous avez pris ces décisions contraires à tous mes intérêts en projetant au chômage des millions de personnes et bien cette démocratie ce peuple il est en train de réagir de reprendre les choses en main. C’est ça l’instant populiste. Et il est partout dans le monde, les peuples n’acceptent plus ce diktat du politiquement correct de certaines élites d’une partie des médias tout ça est en train d’exploser. C’est l’ancien monde cet ordre libéral-progressiste, libre-échangiste, politiquement correct qui est en train d’être remis en cause et c’est un point de rupture je pense dans l’histoire de l’Occident ce qui est en train de se passer. »

Mischaël Modrikamen, Parti populaire belge… et « parti » d’une grande bourgeoisie politique. Donc lui c’est le peuple, et me je suis quoi ??? Exclue de cette belle « communauté » parce que j’aime les gens et que je crois en NOUS ? Pourquoi récupère-t-il NOTRE cri ? Pourquoi parle-t-il pour NOUS ? Pourquoi devrait-il y avoir deux NOUS,  définis par notre rapport à la Mobilité ? Le peuple c’est quoi c’est qui ?

« Steve Bannon : l’Europe dans le viseur »

Steve Bannon & Friends, du hauts de leurs perchoirs, inventent un monde où populaire ne rime qu’avec colère(s)…

(Extraits : France Culture – Grand Reportage, Vendredi 19 octobre 2018 Lien)

Même échéance, autre projet, avec Bons baisers d’Europe, une émission de Stéphane Bern qui joue la carte de la gaie mobilité…

ob_66de48_baisers-europe

Ou avec Metropolis (Arte) et ses portraits de métropoles européennes face à leur destin. Exemple avec la progressiste Varsovie qui lutte dans une Pologne en repli.

Bildschirmfoto-2012-01-25-um-12.28.35-e1327491009889
Dossiers, rencontres et entretiens, Metropolis explore l’actualité artistique et intellectuelle en Europe.

Nos Vies, nos voies

Bastion libéral et métropole dynamique, Varsovie, capitale économique mais aussi  capitale politique entre les mains du gouvernement national-populiste et du parti ultraconservateur au pouvoir. Metropolis est allé à la rencontre d’artistes installés dans la capitale polonaise pour deviner, entre ouverture et traditionalisme, quelle voie pourrait prendre ce bastion de la liberté.
Parmi eux, Karolina Czarnecka , comédienne, femme et progressiste, venue de l’est du pays il y a six ans. Une région d’origine où beaucoup de gens sont favorables au gouvernement, notamment grâce aux aides financières qui encouragent la natalité et le confinement des femmes au foyer.
« Je viens moi-même d’une région très conservatrice de la Pologne. Mais ma conviction c’est qu’il y a des droits et des libertés qui doivent s’appliquer à tous. Peu importe leur couleur de peau, leur origine ethnique, leur orientation sexuelle ou le lieu d’où ils viennent. »
Karolina assiste avec tristesse à la croissante division de sa société. Une division qui la déchire entre ses racines et ses ailes.
« Je souhaite que les vieux modèles conventionnels disparaissent et que quelque chose de nouveau se crée. Moi-même, je suis arrivée ici pour réaliser mes rêves. Dans ce magnifique monde de Varsovie où tant de choses se passent. Et pas seulement du point de vue culturel. Je suis sûre que la liberté à laquelle j’aspire comptera toujours pour moi. Et je la défendrai toujours. »
Karolina veut continuer à rêver. Et pour l’instant Varsovie le lui rend bien, la résistante ayant majoritairement opté pour la route de l’ouverture et de la communauté européenne aux dernières élections communales.
(Extrait : WESTEND FILM & TV PRODUKTION GmbH / ZDF, Michael Ames /Allemagne/2018 A voir sur Arte)

Fruit d’une Mobilité infra- ou trans-nationale, Karolina c’est Nous. Une génération dont le seul crime est d’avoir suivi le Mouvement, d’avoir voulu rendre fiers nos parents en se bougeant. Alors n’allez pas croire, surtout à l’heure où la mini-communauté redevient super trendy, qu’il y ait division entre eux et nous, pas plus qu’une rupture consommée avec notre enfance, nos régions ou pays d’origine, avec l’autre moitié de nous.

IL N’Y A PAS DE DIVISION. Que de la FABRICATION, de nous, de la division… Alors arrêtons de gaspiller toute cette énergie à crier un monde fantasmé et employons-nous plutôt à améliorer celui qu’on a. Puisqu’il n’est d’AUTHENTICITÉ que dans le présent, ça va de soi.

Le Mot d’ordre : Réconciliation. Période de transition. Monde et époques mélangés. Bazar. Degré maximum de complexité. Le programme : stop au chagrin, on se met en marche et on milite sans relâche pour les Deux Maisons. On FABRIQUE un monde qui métisse c(s)es deux moitiés !

En attendant, les fêtes arrivent à point nommé. Il est temps de retrouver nos foyers, nos familles, nos racines, il est temps de célébrer.

Et Monsieur Bannon, vous feriez bien d’en faire autant au lieu de vous incruster chez nous, de nous imposer, d’importer votre modèle. Vous qui criez tant le chacun chez lui et n’hésitez pas à fustiger l’importation des cultures d’autrui… Un peu de cohérence merci ;-).

 

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s