Beyrouth, 2018…

Sumus Ombres…

ca

À l’intérieur d’un tribunal, ZAIN, un garçon de 12 ans, est présenté devant LE JUGE.
LE JUGE : « Pourquoi attaquez-vous vos parents en justice ? »
ZAIN : « Pour m’avoir donné la vie » Lien distributeur

« Je ressens toujours un besoin, à travers mes films, de m’interroger sur le système préétabli, son incohérence, et même d’imaginer des systèmes alternatifs.
Au départ de Capharnaüm , il y a eu tous ces thèmes : les immigrés clandestins, l’enfance maltraitée, les travailleurs immigrés, la notion de frontières, leur absurdité, la nécessité d’avoir un papier pour prouver notre existence, laquelle serait invalide le cas échéant, le racisme, la peur de l’autre, l’impassibilité de la convention des droits des enfants… »
Capharnaüm je vous en reparlerai, peut-être, plus tard… Là je suis trop secouée par la prise d’otage esthétique de Nadine Labaki. Speechless. Hopeless ?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s